Comment assurer son chien ?

Maladies, infections ou encore accidents, les chiens sont exposés à tous types de dangers. Ainsi, lorsqu’il s’en produit, les dépenses sont généralement importantes. Il est généralement conseillé d’assurer son chien. Mais, comment faut-il procéder ? Quelles sont les formalités administratives à remplir ? Comment choisir la bonne assurance ?

Les formalités administratives liées à l’assurance

Dans le cadre d’un contrat d’assurance canin, vous serez amené à remplir un certain nombre de formalités. Les premières sont liées à l’âge de votre animal de compagnie. Généralement, il doit avoir entre 3 mois et 9 ans. Les intervalles varient selon les assureurs, mais c’est la norme commune. Les chiens plus jeunes ou plus âgés encourent un risque de mortalité plus élevé. L’assureur souhaite donc éviter de les prendre en charge.

Le second point est l’état de santé du chien à la formulation du contrat. L’assureur a pour mission de prendre en charge les dépenses occasionnées par un sinistre ou une maladie survenue après signature du contrat. C’est pourquoi il exige un examen complet de votre animal. Il doit également avoir la preuve que l’ensemble des vaccins est à jour. Toutes ces précautions ont pour but de contrer les différentes arnaques.

Il faut savoir que le terme « sinistre » couvre un large panel d’incidents. Plusieurs agences telles que https://www.e-mutuellechien.fr/ préfèrent donc définir clairement les incidents qui sont couverts ou non.

C’est une clause clairement lisible sur le contrat. Il est important de la lire et d’en comprendre tous les tenants et aboutissants. Sachez que les maltraitances sur les animaux ne sont pas couvertes par l’assurance. Elles relèvent de la responsabilité du propriétaire et il doit en assumer les conséquences seul.

Le choix d’une bonne assurance

Le contrat d’assurance pour chien concerne 3 parties : le chien couvert par l’assurance, le propriétaire à l’origine de l’accord et l’assureur. Le choix de l’agence est primordial. Il déterminera le niveau de protection dont profitera votre chien. C’est pourquoi votre choix doit prendre en compte le degré de liberté et les contraintes imposées par l’assureur.

La liberté d’action

Il s’agit du degré de restriction auquel vous êtes sujet dans le cadre du contrat. Certaines agences sont plutôt ouvertes sur les points relevant du circonstanciel. D’autres sont strictes en toutes circonstances. Prenons un exemple concret. Votre chien est victime d’un grave accident. Le premier réflexe que vous aurez est de vous rendre dans un cabinet vétérinaire. Si l’agence vous a proposé un contrat souple, vous pourrez simplement vous diriger vers le vétérinaire le plus proche. Mais, un contrat restreint pourrait potentiellement vous imposer un ou des vétérinaires précis. Disposer d’une certaine liberté d’action est donc toujours avantageux.

Les contraintes imposées par l’assureur

Avant de jeter votre dévolu sur un assureur, renseignez-vous sur le fonctionnement de son agence. Le premier point à vérifier concerne les conditions d’éligibilité à l’assurance. Il s’agit généralement de l’âge et de l’état de santé initial du chien. Votre compagnon canin doit absolument correspondre aux exigences de l’agence afin d’éviter tout litige futur.

Vous devrez ensuite vérifier la composition des différents contrats proposés. Quels incidents couvrent-ils ? Dans quelle mesure serez-vous remboursé ? Quel est le processus en cas de décès ? Il est important d’étudier chaque contrat sous toutes ses coutures puis d’opter pour celui correspondant à vos attentes.

Enfin, il faudra s’assurer de la vitesse des démarches administratives. Elle déterminera le temps que votre remboursement prendra. Elle vous donnera également une idée de la durée de l’attente en cas de réclamation.

A propos de l'Auteur: Ana

Je possède 2 Scottish fold. J'habite en campagne près de Nantes. Je suis une amoureuse des chats.

Vous pourriez, comme

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *